FANDOM



Il ne craint personne, n'a pas d'états d'âme, pas de faiblesses... Il s'appelle Dragovich.
Robert McNamara à Alex Mason au cours de la mission « Département de la Défense » dans Black Ops.

Nikita Dragovich (russe : Никита Драгович) est un personnage majeur de Call of Duty: Black Ops, où il apparaît en tant qu'antagoniste principal. Il fait aussi une apparition dans Call of Duty: Black Ops II, au cours d'un flashback. C'est un Major-Général de l'armée rouge responsable du Projet Nova ; il est également l'auteur du programme des nombres, utilisés sur Alex Mason (le protagoniste) pour lui laver le cerveau. 

HistoireModifier

NaissanceModifier

Nikita Dragovich naquit le 10 août 1914 dans la ville russe de Tsaritsyn (aussi connue sous le nom de Volgograd). À un âge non précisé, il rejoint les rangs de l'armée rouge et ses exploits lui valèrent d'être promu général. Rien d'autre n'est connu au sujet de son passé.


Massacre de la place RougeModifier

Ils [Dragovich et ses hommes] ont promis d'envoyer des renforts, mais... personne n'est venu.
Viktor Reznov à Dimitri Petrenko.

Durant le siège de Stalingrad, il envoya une escouade de soldats, menés par le sergent Viktor Reznov, sur la Place Rouge. L'équipe se retrouva vite submergée par l'ennemi, et Reznov demanda des renforts à Dragovich, qui promit qu'il allait envoyer des hommes. Or, personne ne vint, et l'escouade de Reznov fût massacrée. Viktor, ainsi que son ami Dimitri Petrenko, parvinrent à ressortir vivants de l'affrontement, et n'eurent, dès ce jour, plus aucune confiance en Dragovich.


Projet NovaModifier

Capture de SteinerModifier

Il n'y a ici qu'un seul Allemand qui nous intéresse : le docteur Friedrich Steiner.
— Dragovich à ses hommes durant la mission « Projet Nova » dans Call of Duty: Black Ops.

Après la guerre, en 1945, Dragovich se lia avec un de ses compatriotes Russe du nom de Lev Kravchenko, qui devint rapidement son bras droit. Ils interrogèrent plusieurs officiers allemands dans le but d'obtenir des informations au sujet des opérations nazies d'après-guerre. Ils apprirent qu'un cargo chargé de missiles V-2 naviguait dans le cercle glacial arctique, qui devait tirer des missiles en direction des États-Unis et de l'U.R.S.S. ; le navire étant géré par un scientifique nazi du nom de Friedrich Steiner. Dragovitch savait d'autant plus que le cargo transportait une arme secrète, fabriquée par Steiner. Ainsi, Kravchenko et lui se portèrent volontaires pour intercepter le cargo et capturer Steiner : c'était le début de l'opération Olympe. Ils choisirent d'emmener avec eux quelques dizaines d'hommes, dont une nouvelle escouade formée de Viktor Reznov et de Dimitri Petrenko. 

Kravchenko-Dragovitch-Projet Nova

Lev Kravchenko (à gauche) et Dragovich (à droite) s'adressant à Viktor Reznov, au début de l'opération Olympe.

Steiner ne devait pas être blessé ; Dragovitch avait besoin de lui vivant. Alors que le cargo était amarré à une base allemande dans les eaux glaciales de l'Arctique, Reznov et ses hommes prirent d'assaut cette base et réussirent à capturer l'Allemand. Celui-ci discuta avec Dragovitch et Kravchenko, qui obtinrent de voir l'arme secrète transportée par le cargo. Le docteur Steiner avait en fait créé une arme chimique mortelle, baptisée Nova 6.

C'était cette arme-là qui était destinée à être utilisée dans les missiles V-2. Steiner proposa de s'allier à Dragovich et Kravchenko pour que l'arme puisse profiter aux Russes ; ce que les deux hommes acceptèrent. Mais Dragovich voulait voir de ses propres yeux les effets du gaz Nova. Il choisit de le tester sur ses propres hommes, et c'est ainsi que Reznov et son escouade furent forcés à être des cobayes, enfermés dans des salles blindées où Dragovitch répandit le gaz. Reznov vit son meilleur ami, Dimitri Petrenko, mourir sous ses yeux.

Au moment où c'était le tour de Reznov et de deux de ses hommes, des commandos anglais ont attaqué le cargo, contre toute attente. Viktor et ses deux camarades s'échappèrent vivants de l'affrontement entre les hommes de Dragovich restants et les soldats anglais, et détruirent même le navire, et dans le même temps, la cargaison de Nova 6 à bord. Or, Dragovitch et Kravchenko s'enfuirent avec Steiner, et donc avec la possibilité de recréer le Nova 6. Steiner réussit à reproduire le gaz Nova, mais certains composés chimiques n'étaient pas adéquats, et Dragovich se mit à la recherche de quelqu'un pour les aider à les stabiliser. En 1959, ses supérieurs en U.R.S.S. lui permettent d'utiliser le Nova 6 comme une arme de guerre à part entière, dans le cadre d'une troisième guerre mondiale. 


Capture d'Alex MasonModifier

J'ai des plans pour toi, l'Américain.
— Dragovitch à Alex Mason.

Entre 1945 et 1961, Dragovich gravit les échelons de l'armée rouge à tel point qu'il en était devenu le commandant principal, ainsi que l'un des hommes les plus puissants en U.R.S.S.. C'est donc en 1961 que Dragovitch se rendit à Cuba pour obtenir de Fidel Castro l'autorisation d'opérer dans les eaux cubaines : un emplacement stratégique pour frapper les États-Unis avec le Nova 6. Cette année-là, l'invasion de la Baie des Cochons eut lieu : c'était l'Opération 40. Un groupe de trois agents de la Central Intelligence Agency (C.I.A.), Alex MasonFrank Woods et Joseph Bowman, aidés par un cubain du nom de Carlos, avaient pour ordre de trouver Castro et de le neutraliser. En réalité, les trois hommes avaient été piégés par Castro qui avait placé un sosie à sa place, pendant qu'il avait quitté les environs. Lors de leur fuite, Mason se fit capturer par Kravchenko, qui l'amena à Dragovich, près d'un navire, le Rusalka. Là-bas, Mason rencontra Dragovich, Kravchenko et Castro. Le premier lui annonça qu'il avait des plans pour lui...


Le lavage de cerveauModifier

Dragovich envoya alors Mason dans un camp de travail russe, Vorkuta. Il avait prévu d'envahir les États-Unis en y envoyant des agents dormants prêts à libérer le Nova 6 sur le territoire quand il en donnerait l'ordre. Il communiquait avec ces agents dormants par séquences de nombres. Or, Dragovich avait besoin que quelqu'un d'extérieur soit capable de traduire ces séquences ; il fit ainsi subir à Mason un lavage de cerveau à Vorkuta, avec le docteur Steiner et Kravchenko. Il le programma également pour assassiner le président des États-Unis, John Fitzgerald Kennedy, mais les tests effectués sur Mason pour cela ne furent pas concluants. Dragovich considéra alors le lavage de cerveau de l'Américain comme un échec, et décida de le laisser comme prisonnier à Vorkuta. 

Or, le sergent Viktor Reznov était aussi un prisonnier de Vorkuta. Il avait, depuis la mort de Petrenko, développé une haine incommensurable pour Dragovich. Il fit subir ainsi un lavage de cerveau à Mason qui sabota celui effectué de Dragovich : il réussit à lui faire croire que Dragovich, Kravchenko et Steiner devaient mourir à tout prix. En 1963, Reznov et Mason s'évadèrent de Vorkuta, mais le Russe périt. Or, le lavage de cerveau qu'il avait fait subir à Mason fit que celui-ci voyait toujours Reznov à ses côtés, sous forme d'hallucinations, lui rappelant sans cesse que Mason devait absolument tuer Dragovich, Kravchenko et Steiner.


Mort présuméeModifier

Crois-moi, ce salopard n'est qu'un petit tas de cendres.
Frank Woods à Mason, après avoir détruit la voiture de Dragovitch au cours de la mission « Décret ».

Environ un mois après l'évasion de Vorkuta, Dragovitch et Kravchenko se rendirent sur le cosmodrome russe de Baïkonour, pour assister au lancement de deux fusées Soyouz, dans le cadre du programme spatial soviétique. Une équipe de la C.I.A. formée de Mason, Woods et Bowman, les trois hommes qui avaient procédé à l'assassinat raté de Castro durant l'invasion de la Baie des Cochons, fût envoyée pour éliminer Dragovitch et détruire le Groupe Ascension, avec lequel le Russe opérait. Deux ans auparavant, lors de l'Opération 40, Mason et ses hommes avaient envoyés un de leurs agents, Grigori Weaver, aux côtés des Russes en tant qu'agent double. Mais à Baïkonour, Krachenko découvrit que Weaver était une taupe, et les agents américains durent intervenir pour le sauver d'une mort certaine, avant de détruire Soyouz 2 en plein vol. Quand Dragovitch prit la fuite en voiture, les Américains utilisèrent un B.T.R. pour détruire la voiture de Dragovich. La mission semblait accomplie ; le Russe était présumé mort. Mais Mason était persuadé que Dragovitch n'était pas dans sa voiture, et il avait raison : il avait leurré les Américains avec la voiture. Quant à Kravchenko, il s'enfuit dans son hélicoptère d'assaut privé, et l'équipe de Mason se retira de la Russie.


Nouvelle capture de MasonModifier

Ca faisait longtemps, Mason. Il faut rattraper le temps perdu...
— Dragovich à Mason, lors de sa nouvelle capture au Laos, au cours de la mission « Site du crash ».
Kravchenko-Dragovich-Laos-BO

Kravchenko et Dragovich capturant Mason pour la seconde fois, au Laos, au cours de la mission « Site du crash ».

Plus tard, le Groupe d'observation et d'étude (G.O.S.), notamment formé par Mason, Woods et Bowman, découvrirent que Kravchenko s'était retiré au Viêtnam ; le G.O.S. eut alors l'ordre de le chasser et de l'éliminer. Après avoir trouvé des informations à son sujet dans un bureau, caché dans les tunnels des Viêts-Congs. Il s'était en réalité enfui au Laos, où la C.I.A. avait justement abattu un avion-cargo suspecté de transporter le Nova 6. Le G.O.S. fut envoyé là-bas pour inspecter l'appareil, mais ils ne trouvèrent rien à bord. Il était trop tard : Dragovich réapparut aux côtés de Kravchenko et envoya ses hommes prendre l'équipe de Mason en embuscade, dont tous les hommes furent capturés, renvoyés au Viêtnam et torturés.





MortModifier

En 1968, Dragovich se tenait prêt à donner l'ordre à ses agents dormants des États-Unis de libérer le Nova 6. Entretemps, Steiner avait été tué par Mason, qui s'était enfui du Viêtnam ; quant à Kravchenko, il était présumé mort lors d'une confrontation avec Frank Woods, qui avait été prisonnier aux côtés de Mason. Or, après la mort de Steiner, la C.I.A. avait appréhendé Mason et l'interrogèrent pour trouver la source d'émission des nombres, que Dragovich utilisait pour communiquer avec les cellules dormantes américaines. Mason fouilla dans ses souvenirs et se souvint du Rusalka, le navire en bas duquel il s'était retrouvé avec le Russe, Kravchenko et Fidel Castro, après sa première capture, sept ans auparavant. 

Mason-tue-Dragovich-BO

Mason étranglant Dragovich à bord du Rusalka, au cours de la mission « Rédemption ».

Mason et la C.I.A. menèrent alors un assaut d'envergure sur le Rusalka, extrêmement bien défendu. Ils fouillèrent le navire, mais ne trouvèrent pas Dragovich à bord. En réalité, la source d'émission des nombres venait d'en-dessous du Rusalka : le Russe avait créé une véritable station sous-marine d'où il émettait les nombres. 

Après avoir éliminé les hommes qui le protégeaient, Mason trouva Dragovich et l'étrangla avec ses mains en le poussant sous l'eau, le tuant par noyade. Ils s'enfuirent ensuite du Rusalka qui sombrait dans l'océan, et Reznov, via une hallucination, déclara à Mason qu'il avait réussit : Kravchenko, Steiner et Dragovich étaient morts.


Call of Duty: Black Ops IIModifier

Dragovich n'apparaît pas à proprement parler dans Call of Duty: Black Ops II, si ce n'est lors d'un bref flashback resurgissant lorsque Woods (qui avait en réalité survécu, tout comme Kravchenko, à sa confrontation avec ce dernier des dizaines d'années auparavant) raconte comment Alex Mason a survécu à l'histoire des nombres à son fils, David Mason


GalerieModifier

AnecdotesModifier

  • Dans toutes les missions où il apparaît (à l'exception de « Projet Nova »), Dragovich porte toujours une veste de cuir, et un pantalon-cargo.
  • Il est toujours avec Kravchenko, sauf dans « Vengeance » et « Rédemption ».
  • Même si Reznov se plaint de Dragovich à maintes reprises, celui-ci n'apparaît pas physiquement dans Call of Duty: World at War.
  • En version originale, les personnages de Call of Duty: Black Ops prononcent son nom de différentes manières : Robert McNamara accentue la seconde syllabe, tandis qu'Alex Mason accentue la première.
  • Avec 1,96 m, il est le plus grand antagoniste de la série Call of Duty.
  • Il est le seul antagoniste de Call of Duty: Black Ops à ne pas avoir été tué avec un pistolet.
  • Une citation coupée de ce même épisode dirait que Dragovich aurait été passé à tabac devant ses hommes par Sergei Kozin, un prisonnier de Vorkuta, et que pour se venger d'une telle humiliation, il lui aurait coupé la langue.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard